PRESENTATION 


 

Il est rare qu'un ingénieur fasse une incursion aussi diversifiée dans sa tentative et dans ses concepts que celle que Paul Poulallion vient ici nous apporter. 

Ce brésilien naturalisé, d'origine algéro-française, a recueilli dans l'expérience algérienne l'esprit de lutte du Tiers Monde pour la modernisation et la souveraineté, et de la France la formation technique sophistiquée complétée par l'humanisme et la spéculation théorique. 

"La Classe, sans la lutte" a la marque du lancement provocateur d'idées à la frontière de l'état de l'art dans les domaines traités par cet essai: économie, politique, écologie et études de l'énergie. 

Le concept le plus ambitieux est celui de l'Ecosensus. C'est une tentative pour dépasser les limites des conceptions productivistes du socialisme et du libéralisme. Le défi qu'il se propose est celui de trouver une explication aux relations entre la société et la nature, de lancer des propositions de nouveaux modèles d'organisation politique, en créant des acteurs adéquats pour utiliser des modalités possibles et stables d'une nouvelle interaction avec la biosphère. 

Les problèmes de l'organisation politique de la société sont étudiés par Poulallion en offrant une vision conceptuelle des formes d'organisation du pouvoir politique dans la civilisation occidentale passée; il avance en cherchant à découvrir les formes qui devront apparaître pour donner un sens ou une réponse aux problèmes de l'organisation politique de la société face aux conséquences des déséquilibres dûs a l'utilisation des ressources naturelles de base pour la vie. 

Dans la connaissance technique que Poulallion possède, un ensemble de sujets dans le domaine technologique vient enrichir et rendre attrayant le développement des arguments pour défendre les thèses présentées dans l'essai. Une politique devra surgir du livre du fait que la plupart des points commentés sont présentés différemment dans le public et spécialement dans le parti Vert. L'opportunité d'avoir des thèses politiques, économiques, d'environnement, énergétiques et technologiques développées par un esprit très accroché à la connaissance théorique et à la pratique de l'expérience vécue des technologies contemporaines, nous parait un privilège que ce travail nous donne. 

Pour les "Verts" spécialement, les idées, ici placées, donneront l'opportunité de discuter et de travailler, sous des angles nouveaux, un grand nombre de thèmes et de questions qui sont peu discutés, généralement mal posés, et victimes de la léthargie et de l'abstinence intellectuelle qui dominent toujours plus la scène politique brésilienne. 
 
Le rapprochement de Poulallion avec les "Verts" est croissant, même s'il a commencé il y a 6 ans, et dès lors, il a suivi un itinéraire de beaucoup d'actions, beaucoup d'études et de débats, et de beaucoup d'articles. Ce travail "La classe, sans la lutte" montre bien le résultat de ce parcours qui, je l'espère, apportera pour la discussion avec les écologistes et les "Verts" des idées et des propositions. 
 
L'intégration que Poulallion recherche avec les "Verts" intensifiera ses relations avec le mouvement "Vert" faisant que ses propositions soient toujours plus réfléchies par ceux qui sont préoccupés de penser à des solutions pour le Brésil renforçant durablement dans le pays le point de vue de l'environnement. 

La cession des droits de ce livre au Parti Vert montre bien le degré d'investissements et de relation de l'auteur avec le parti, mais aussi parce que cela ne peut pas être autrement: les idées "Vertes" doivent rester au Parti Vert! 

Sidney de Miguel Lourenço 
Député Fédéral de Rio de Janeiro 
Représentant du Parti Vert. 
 
 

1 - INTRODUCTION